Scorpa continue de se battre



Pierre-Louis Amancic, PDG de Scorpa, explique la situation actuelle de la marque, alors que la société a été placée en redressement judiciaire…

Moto Verte : Pierre-Louis Amancic, bonjour. On aurait voulu savoir ce qui avait amené Scorpa dans la situation actuelle qui est celle d’un redressement judiciaire.
Pierre-Louis Amancic : Ecoutez, c’est assez simple. A l’image de beaucoup d’entreprises dans ce pays, après un premier semestre 2008 où on avait connu une croissance assez forte de notre activité. Nous avions réussi à pénétrer à l’étranger – nous avons un chiffre d’affaires à l’export de l’ordre de 65/67 % – on s’est retrouvé face à des partenaires bancaires qui, malgré cette croissance, voulaient voir une réduction de leurs encours… Pour écouter la suite, cliquez sur le lecteur audio ci-dessous…

6 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. L’histoire actuelle de SCORPA est malheureusement le quotidien des entreprises Françaises. J’aurai pu dire mot pour mot la même chose que le pdg de SCORPA et mon entreprise bien que modeste a failli connaitre le même sort. Si t’investi sans l’argent a un moment donné ou un autre t’es à la merci d’une banque. Donc en France, surtout ne pas essayer de grandir

    Répondre
  2. Dans notre beau pays il faut garder à l’esprit que le banquier est l’antithèse de l’entrepreneur.
    C’est lorsque ton business est fleurissant que les banques se bousculent à la porte pour te proposer ce dont tu n’a plus besoin…

    Répondre
  3. Dans notre beau pays il faut garder à l’esprit que le banquier est l’antithèse de l’entrepreneur.
    C’est lorsque ton business est fleurissant que les banques se bousculent à la porte pour te proposer ce dont tu n’a plus besoin…

    Répondre
  4. est souvent plus difficile que de gérer son déclin.. et quand en plus les banques (qui ont du mal à voir leurs énormes profits stagner ou diminuer) s’y mettent… et c’est aussi une question humaine, car à tous les niveaux, ce sera toujours l’être humain qui prendra les décisions et les risques associés.. et comme nous sommes tous différents avec des capacités différentes.. bref le bizness c’est compliqué et ça va pas s’arranger !! valait mieux être riche avant l’été 2008 car ça va être plus dur de le devenir maintenant !!

    Répondre
  5. banques qui peuvent fournir du cash en cas de forte croissance, il y a aussi, et surtout, les augmentations de capital

    mais ça, bcp de patrons français , qui veulent socialiser les pertes et garder pour eux les gains, ne le comprennent pas

    Répondre
  6. quel dommage pour l’industrie française et en même temps quelle naïveté de la part de ses dirigeants. développer un 4T alors que les clients achètent des 2T, lancer des études couteuses sur la motricité électrique qui n’a aucun avenir en trial et ne pas comprendre que le grenelle de BORLOO n’a été inventé que pour faire perdurer la situation actuelle. et assez de ce vieux moteur yamaha, les jeunes pilotes ne connaissent pas sa notoriété datant des années 90.

    Répondre

Ecrire un commentaire