Watson : Berck c’était fun !



Avant d’attaquer la finale de l’EnduroGP en Allemagne ce weekend, Nathan Watson est venu s’imposer dimanche dernier dans les sables de Berck. Le jeune Britannique s’y est imposé, et il compte bien revenir rapidement sur les plages Françaises !

Jeune ancien crossman comme Christophe Charlier, Nathan Watson nous a donc refait le coup de l’enduriste qui vient manger le pain des crossmen (CC au MXDN) ou des spécialistes du sable. Mais on a du mal à lui en vouloir, car à 23 ans Nathan est à la fois rapide et sympathique. Il faut dire qu’à force de fréquenter des Italiens (son team Farioli) et son coach Français (Tof Meyer) ce garçon ne pouvait que s’épanouir après avoir connu en Enduro (5ème de l’EnduroGP en 2016 et actuellement 3ème en 2017) la réussite qu’il n’avait pas connu en cross (23ème du MXGP 2015, 25ème du MXGP 2014).

Le sable, Nathan connaît et adore. Avec un père qui avait fini par se spécialiser dans les courses sur plage, dont la fameuse Weston Beach Race chez lui en Grande Bretagne, il n’y avait pas moyen d’y échapper. « Très jeune mon père m’a emmené m’entrainer du côté de Loon, puis m’a engagé sur la Weston. On est venu au Touquet en 2014, l’année ou mon frère cadet Ben s’est imposé en junior, et j’ai bien aimé cette course. J’ai aussi participé aux deux dernières éditons de la Knock Out en Hollande, j’ai donc une certaine expérience de ce genre de course mais à chaque course je continue d’apprendre » confie Nathan en attendant de monter sur le podium de Berck.

On devrait revoir le jeune Britannique sur d’autres courses de sable avant le Touquet.@PH

Engagé avec KTM Farioli en Enduro, il s’est engagé tardivement à Berck mais n’a pas perdu son temps en venant sur la cote d’Opale. « Ça s’est décidé un peu tard de venir ici, mais je ne regrette vraiment pas le déplacement. Je me suis vraiment fait plaisir ici, j’ai bien aimé le format des courses, c’est plus cool que les autres courses de sable ou on fait de l’endurance. La piste était bien défoncée pour la finale ! Je n’ai signé aucun holeshot ce weekend mais j’étais toujours dans le top cinq et j’ai poussé un peu durant les premiers tours pour prendre la tête. Ici il n’y avait pas un instant pour se reposer avec tous ces sauts et ces virages, alors qu’au Touquet tu as la ligne droite pour te reprendre un peu. Après comme dans toutes les courses de sable il a fallu faire la course au milieu des retardataires, c’est l’un des aspects de la course le plus compliqué ; il y a tellement de pilotes qui vont de droite à gauche et de gauche à droite qu’il faut être ‘smart’ sur la moto, et toujours anticiper pour éviter les accrochages, » poursuit-il.

Sur ce coup là Nathan (au centre) à bien failli aller manger du sable!@PH

Content de son weekend il aimerait revenir très vite sur le sable, des courses qui cadrent bien avec la nouvelle volonté de KTM de se concentrer sur des épreuves de masse jouissant d’une bonne couverture médiatique. « On va d’abord se concentrer sur la finale de l’enduro, ensuite on avisera avec le team et KTM sur la suite du programme, il est possible que je fasse tout le championnat. J’aimerais bien faire toutes les épreuves, c’était vraiment cool ici à Berck de voir autant de monde sur le bord de mer pour suivre les courses. » Après Ben en Juniors, Nathan inscrira-t-il une nouvelle fois le nom des Watson sur les tablettes du Touquet en janvier prochain ? Réponse dans quelques semaines !

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Super l article , perso je m en fou de watson…par contre les espoirs n existent pas tout comme le classement 125! C est à vous de médiatiser les jeunes et de leur donner un minimum d importance, les familles se saignent toute l’année…à bon entendeur!

    Répondre

Ecrire un commentaire