Gravir un pierrier



Ce n’est déjà pas si simple à plat, alors quand en plus il s’agit de s’enquiller un pierrier en montée, vous vous doutez que cela ne s’improvise pas. En piste les cabris !

Le sujet qui nous arrête ce mois-ci est un pierrier, un vrai. Pas l’éboulis de pierres, pas l’enfilade de dalles, non, des bons morceaux de roche qui dépassent ça et là entourés de pavasses libres de leurs mouvements. Le but du jeu est d’éviter les premiers parfois, de les affronter tantôt et de ne jamais se laisser désarçonner par les pavés. J’en vois déjà qui se disent que « qui va piano va sano », que « rien ne sert de courir… » et ce genre de couillonnades. Faux…

<img|2|left> La montée

 1 – rythme et trajectoire

En première ou en deux selon l’inclinaison, il faut rester à mi-régimes coûte que coûte. Moins vite, vous allez subir les obstacles alors qu’il faut de la vitesse pour conserver l’équilibre et le cap. Trop vite, la moindre faute se soldera par une chute. Vous devez conserver un filet constant pour privilégier l’adhérence et donner un coup de gaz accompagné d’une impulsion avant les gros rochers à franchir pour ne pas passer sous le cap des mi-régimes. Le rythme prime sur la trajectoire. L’idéal est d’éviter les marches, mais lorsque cela vous force à couper votre élan pour les contourner, il est souvent préférable de s’en servir comme tremplin. Sachez qu’il vaut mieux se laisser dépasser un moment par la moto dans le choix de la trajectoire en conservant le bon rythme que de ralentir votre progression au risque de vous arrêter.

<img|3|left> 2 – Position
Debout, évidemment ! Au centre de la moto, jambes un peu fléchies, il faut laisser la moto libre de gigoter sur les pierres, donc ne pas la serrer trop fortement. Cela ne signifie pas que vous devez vous laisser aller ! Soyez souples, les muscles en alerte, près à vous déhancher ou rattraper une situation critique. Vous devez rester au maximum les pieds sur les repose-pieds. Conservez toujours un doigt sur l’embrayage pour relancer le cas échéant et accompagner la roue arrière lors des gros franchissements pour ne pas caler. Anticipez, levez les yeux !

<img|4|left> 3 – Poser
Lorsque vous n’êtes pas sûr de vous ou que vous préférez assurer, il est préférable de poser un pied plutôt que de vous asseoir. L’idéal dans ce genre de situation est de chercher les obstacles les plus hauts pour poser un pied et vous en servir d’appui pour remonter immédiatement sur les repose-pieds. Vous avez tous fait ce geste un jour sur une patinette, c’est pareil !

<img|5|left> 4 – À éviter
Si la nature ne vous a pas gâté de jambes d’échassiers, voici ce qui risque de vous arriver si vous restez assis pour monter ! Non seulement vous allez vous massacrer le dos, mais en plus, vous allez vous essouffler à sortir les jambes sur chaque déséquilibre que vous ne pouvez pas rattraper en position assise. On ne vous parle même pas de la chute…

Gravir un pierrier

Gravir un pierrier

Gravir un pierrier

Gravir un pierrier

Gravir un pierrier

Ecrire un commentaire