Les yeux



L’œil est le capteur sensoriel essentiel de l’être humain car il lui fournit 80 % des informations pour interagir avec son environnement, surtout pour les activités sportives dont la moto.

La qualité de la vision pour la prise d’informations visuelles dynamiques améliore le pilotage de la machine. Le sportif devient champion parce que son cerveau est capable d’interpréter les situations d’une façon plus rapide, plus juste et plus intelligente qu’un autre et de leur apporter une réponse adaptée.

Emmétrope, amétrope
• Un emmétrope de moins de 45 ans voit bien de loin et de près naturellement.
• Un amétrope a besoin d’une correction optique pour voir nettement de loin (myope, astigmate, hypermétrope fort), ou de près (presbyte – après 45 ans –, astigmate, fort hypermétrope).
Cette correction peut se faire par le port de lunettes traditionnelles mises sous le masque ou par une correction intégrée au masque. Afin de favoriser la coordination visiomotrice et la prise d’informations dynamiques, il faudra affiner le choix du galbe des verres, de leur centrage et de la distance verre-œil.

Les lentilles de contact
Cette correction peut également se faire par le port de lentilles de contact cornéennes, plutôt de type souple, à renouvellement fréquent de préférence (mensuel, bimensuel, voire lentilles 1-jour sans entretien), qui se portent sous masque, mais le porteur doit avoir une bonne maîtrise de son équipement pour se sortir de quelques situations délicates : poussière, transpiration, manipulations « mains sales »…
Les avantages des lentilles ? Pas de risque de traumatisme par la monture des lunettes, pas de buée, meilleur champ visuel et le larmoiement – réflexe naturel – élimine la plupart des problèmes dus à la poussière.
La presbytie pour le « vieux motard » (que jamais) pose des problèmes de vision de près : lecture du road-book, du compteur, bricolage fin, surtout en condition de faible luminosité… et la correction additive nécessaire est difficile à porter en permanence : les verres progressifs faussent la lecture du terrain devant une moto, les lentilles « bifocales » ne sont pas plus performantes car elles parasitent la vision de loin. Moins mauvaise solution : ne pas trop s’approcher des informations à déchiffrer, bien les éclairer et essayer de les avoir en taille supérieure (affichage compteur et road-book).

La protection
La protection des yeux est le deuxième volet important.
Elle se fait d’abord par le port d’un masque. Il en existe un très grand choix adapté à toutes les conditions (piste, terre, sable, boue, poussière, chaleur, froid, pluie, vent, forte luminosité) et types de pratique (enduro, cross, trial, raids, rallyes…). Ils sont confortables (nylon, garniture mousse polyester) avec un écran résistant aux chocs et une éventuelle protection contre l’excès de lumière (écrans teintés ou photochromiques) ou favorisant le contraste (brouillard ou luminosité faible) et bien ventilés (buée, humidité).

Les soins
En cas de problèmes :
• lavages oculaires par doses de sérum physiologique (poussière, boue…).
• traitement d’une irritation légère par collyre astringent, antiseptique, anti-inflammatoire ou antiallergique.
• traitement d’une lésion traumatique légère par collyre et/ou pommade ophtalmique associant anti-inflammatoire (AINS ou corticoïde et antibiotique) et pansement occlusif.

Docteur Jean-Marc Soulie
www.amis.asso.fr

Ecrire un commentaire