Kawasaki 65 KX



Petite moto costaud pour mini-pilote énervé, voilà en résumé la caractéristique majeure de la bombinette verte…

Ce qu’on en pense
Digne descendante du 60 KX, la 65 a fait son apparition en 2000. L’arrivée des freins à disques et la ligne modernisée permettent de la différencier de son aînée. Quasiment inchangée depuis sa mise en service, cette 65 KX (ou RM) a subi quelques améliorations mineures. C’est l’outil de formation et d’évolution par excellence qu’on trouve d’ailleurs dans un certain nombre de centres accueillant des stagiaires. Une bonne partie des pilotes professionnels s’est relayée à son guidon pour remporter leurs premières victoires en Minivert. L’équipement est rudimentaire mais plutôt fiable. Dotée d’un moteur puissant mais creux, cette mini Kawasaki ne se définit pas comme une moto d’initiation. Pour tirer la quintessence de cette 65 cm3, il faut en effet rester dans les tours ou savoir se servir de l’embrayage en sortie de virage. Le petit bloc 2-temps prend alors des tours à n’en plus finir. Le rapport poids/puissance est impressionnant. Les kids trouveront largement de quoi se défouler. Le freinage, assuré par un double disque, permet d’arrêter la bête sans souci. Robuste et performante, cette petite bombe s’adresse plutôt aux minots qui souhaitent goûter à la compétition en Minivert plutôt qu’aux vrais néophytes cherchant à s’acclimater et à découvrir les premières sensations de pilotage. Les suspensions permettront aux jeunes pilotes de 6 à 12 ans de s’élancer sur des pistes corsées. Toutefois, pour commencer à envoyer du lourd, elles restent un poil souples et méritent d’être retravaillées.

L’AVIS DU TECHNICIEN
Mao de Perrin Motos à Evreux (27) 02 32 28 27 57

Le KX 65 est sorti en 2000. Sur les premiers modèles jusqu’à 2001, il faut vérifier les points de soudure du cadre qui ont tendance à se fragiliser. Sur une moto qui a déjà beaucoup tourné, le roulement de pied d’amortisseur est sûrement à changer… Pensez à nettoyer l’axe de plaquette de frein qui s’oxyde avec l’eau et la boue. Si l’entretien courant est effectué (filtre à air, graissage…), on ne rencontre pas de problèmes particuliers. Boîte, embrayage, roues, c’est du costaud. Le KX 65 est une moto fiable. Le pignon d’embout de vilebrequin prend du jeu et fait du bruit mais ne casse pas. Le problème a été résolu à partir des modèles 2006. Le piston est à changer avec une périodicité moyenne de 25 heures. Pour une utilisation intensive en compétition, augmentez la fréquence à 15 heures. Tout dépend du niveau du pilote et des conditions de roulage.
Pour un pilote aguerri, les suspensions sont un poil juste et il est préférable de les préparer, voire de changer l’amortisseur. La carburation d’origine est une bonne base mais on peut appauvrir en gicleur de ralenti pour combler le creux caractéristique à bas régimes.

Caractéristiques :  monocylindre 2T à refroidissement liquide – Alésage x course : 44,5 x 41,6 mm – Cylindrée : 64 cm3 – Puissance maxi : 16,7 CV à 12 500 tr/min – Couple maxi : 0,99 mkg à 11 000 tr/min – Carbu : Mikuni VM-SS Ø 24 mm – Boîte : 6 rapports – Cadre : simple berceau en acier, boucle AR démontable – Fourche : Showa classique Ø 33 mm, déb. 210 mm, réglable en détente – Amortisseur : Showa, déb. 240 mm, réglable en détente/hauteur – Disques AV/AR : Ø 180/180 mm – Empattement : 1 120 mm – Garde au sol : 305 mm – Hauteur de selle : 760 mm  Poids à sec constructeur : 57 kg – Contenance du réservoir : 3,8 litres

Ecrire un commentaire