Gas Gas 125 EC



La petite Espagnole est une des références de la catégorie 125 enduro. Quelques soucis de fiabilité sont toutefois à déplorer sur les modèles antérieurs à 2007.

Ce qu’on en disait…
En 2003 : pas mal de modifications sur le bloc de la 125 EC avec de profondes améliorations notamment au niveau du haut moteur qui développe une puissance s’approchant de la référence KTM. Le châssis n’est pas en reste avec entre autres une géométrie de cadre retouchée et de nouveaux moyeux. En dynamique, le moteur se montre aussi puissant que la 125 EXC mais pêche un peu par un creux à bas régimes. Le châssis est maniable, bien suspendu et la position est bonne.
En 2004 : les quelques évolutions qu’a subies la Gas pour cette année 2004 ne la transfigurent pas. L’esthétique a été revu, les suspensions reçoivent un nouveau setting. Le moteur change avec un piston allégé et des valves retouchées. Son caractère reste puissant, rempli mais légèrement creux ce qui le rend délicat à utiliser dans le technique. Le châssis est confortable mais manque un peu de maniabilité et de progressivité quand le rythme augmente.
En 2005 : nouveau look pour les Gas Gas. Les Espagnols continuent de développer leur enduro avec encore une fois un bon nombre de petites améliorations comme sur le cylindre ou la boîte de vitesses qui avait rencontré des petits soucis de fiabilité. La machine ne change pas de caractère et conserve son creux à bas régimes. Plébiscitée pour son allonge et ses suspensions confortables, on regrette toujours un petit manque de maniabilité.
En 2006 : comme tous les ans, la Gas Gas évolue sans révolutions. L’arrivée d’une boîte à clapets VForce et le CDI modifié permettent à la Catalane d’avoir un comportement moteur plus souple sans pour autant égaler les avions de la catégorie dans ce domaine. Le bloc de la Gas préfère les hauts régimes où il exprime pleinement son caractère explosif. L’ensemble Öhlins/Marzocchi fait des merveilles côté suspensions.
En 2007 : Relookage complet pour la 125 EC qui, revêtue d’une nouvelle robe rouge plus agressive, a subi un bon nombre d’évolutions tant niveau moteur que partie-cycle comme un nouvel amorto, un allumage plus léger, un filtre à air revu. Lors de notre essai, la Gas a surpris par sa force moteur et le son « usine » qu’il dégage. Cela dit, il pêche toujours par son manque de souplesse. La selle trop dure peu avoir des conséquences ennuyeuses mais les suspensions se montrent agréables en chemin. Elles sont peu sécurisantes quand le rythme augmente avec des réactions un peu vives qui peuvent déstabiliser.

L’AVIS DU TECHNICIEN
Jacques, gérant d’élite Moto 15 à Aurillac (15), 04 71 48 09 11

"Cette moto a un manque de couple à bas régimes. Il y a un réglage de valves à opérer sur la moto d’origine. Sortie de caisse, le bras de levier de commande de valve frotte sur une fixation du cylindre et empêche son fonctionnement. Il faut donc ouvrir le carter pour remettre la pièce en place. On a rencontré le souci sur un peu toutes les cylindrées. Pour la partie-cycle, c’est une moto assez stable. Il n’y a pas de problèmes particuliers, cela fonctionne bien. Je déconseille les modèles 2002 et 2003 sur lesquels nous avons rencontré des soucis avec la boîte de vitesses et les ergots de pistons ainsi que les barrettes d’échappement qui ont tendance à s’enlever quand la moto chauffe. En 2007, la moto s’est bien améliorée au niveau du couple moteur et de la fiabilité… Pour ce qui est de l’entretien courant, il faut nettoyer à chaque sortie le filtre à air. Procéder à une vidange de boîte toutes les cinq sorties et un, voire deux pistons par an selon le niveau et la fréquence de pilotage. Le guide-chaîne a tendance à se tordre un peu dans les ornières. Sur les modèles antérieurs à 2007, la béquille avait tendance à remonter sur la plaque latérale. C’était assez désagréable mais sur les nouveaux modèles, le problème a été résolu. À part ça, il n’y a pas de retour spécifique sur le service après-vente. La moto est assez bien équipée d’origine avec les protège-mains et le kit « pro rider » qui existe sur la 2007 avec un kit déco complet, disque avant à pétale, une semelle de sabot, un refroidisseur d’huile et un bouchon de réservoir en alu."

LES ESSAIS : 2007 : MV 395 C – 2006 : MV 379 C – 2005 : MV 368 C – 2004 : MV 359 C – 2003 : MV 346 C

Caractéristiques : monocylindre 2T à refroidissement liquide, valves à l’échappement – Alésage x course : 54 x 54,5 mm – Cylindrée : 124,8 cm3 – Puissance et couple maxi : non communiqués – Alimentation : carburateur Keihin PWK Ø 38 mm – Boîte : 6 rapports – Démarrage : kick – Cadre : périmétrique en acier, boucle arrière démontable en aluminium – Fourche : Marzocchi USD, Ø 45 mm, déb. 295 mm, double réglage – Susp. AR : amortisseur Sachs, déb. 310 mm, triple réglage – Disques AV/AR : Ø 260/220 mm – Empattement/garde au sol : 1 475/340 mm – Hauteur de selle : 940 mm – Poids vérifié tous pleins faits : 107 kg – Réservoir : 9,5 litres

Gas Gas 125 EC

Gas Gas 125 EC

Gas Gas 125 EC

Ecrire un commentaire