Gautier Paulin s’exprime



Sur la touche depuis sa double blessure au GP des Pays-Bas, Gautier Paulin est depuis resté assez discret dans les médias. Une petite phrase distillée au GP de France à propos d'une possibilité de rouler aux USA en 2015 et notre GP21 s'est retrouvé au centre de toutes les rumeurs. De quoi décrocher le téléphone et faire le point avec GP21. Morceaux choisis…

Les blessures de Valkenswaard
« Cela pourrait aller mieux, la blessure est jamais la bienvenue, mais dans mon malheur j’ai tout de même de la chance puisqu’il ne s’agit « que » d’un pouce et d’une clavicule… S’il n’y avait eu que la clavicule, j’aurai pu participé au GP suivant alors qu’avec ce problème au pouce gauche, c’est impossible. Pas – en tout cas – pour faire du MX à ce niveau. C’est le doigt le plus important de la main pour un pilote et il a été beaucoup abimé. J’ai été très bien opéré et je suis entouré des meilleurs à ce niveau. Il faut maintenant être patient, mais tout va bien. J’ai fait beaucoup de kiné malgré le plâtre et je fais beaucoup de rééducation encore aujourd’hui, mais le corps humain accepte des choses et en rejette d’autres. Il y a cela à gérer. C’est mon quotidien en ce moment, mais je ne suis pas malheureux. Je peux faire du sport tous les jours et au niveau athlétique, je sens vraiment bien et du coup je dors le soir avec une bonne fatigue. »

Le retour
« Le plus tôt possible, c’est la réponse que je donne à chaque fois ! La minute après ma blessure, je voulais être de retour au GP de France, je ne voulais pas louper trop de course. J’avais le championnat en tête. Maintenant, il ne faut pas faire n’importe quoi et je garde la tête sur les épaules. Je reviendrai quand je me sentirais prêt et que je pourrais tenir mon guidon. Être sur la moto demain, n’est pas encore possible, mais les choses vont vite évoluer et je ne me fais pas de soucis. Il faut juste que je prenne mon mal en patience ! Au début, je pensais que c’était la clavicule qui serait le plus embêtant, mais ce problème au pouce est très handicapant comme me l’a rapidement expliqué mon chirurgien. »

L’Amérique
« C’est bien de préciser que c’est une option ! Je n’ai pas que ça dans la tête. En fait, c’est une idée que j’ai depuis le début de ma carrière à 17 ans. Aujourd’hui, je ne suis jamais senti aussi fort. Mon objectif est le titre mondial et je ne l’ai pas encore eu. J’avais pas ça en tête avant, j’étais concentré à fond sur mon objectif, mais maintenant que je suis sur la touche, je peux réfléchir à ce choix possible et méditer là-dessus. La porte est ouverte… Ce n’est pas que je ne veuille pas en parler, mais c’est simplement un peu trop tôt pour en dire plus… Je l’ai évoqué parce que je n’ai rien à cacher à mon public et comme j’étais à St Jean et que je ne roulais pas… Ce que je peux leur faire partager, je le fais. C’est encore trop tôt, mais c’est dans un coin de ma tête, même si j’adore rouler en MXGP et que mon objectif sera toujours d’être Champion du Monde. »

La fin de ton contrat avec KRT
« Je pense qu’aujourd’hui nous sommes très performant. J’ai réussi à mettre en place tout ce qu’il fallait autour de moi. Depuis 2012, avec Kawasaki et Monster nous sommes sur le devant de la scène, cela se passe vraiment bien, ils sont à l’écoute et la moto est très bonne. Pour le moment, il y a beaucoup de rumeurs et je n’en suis pas encore assez avancé dans ma tête pour me dire de prendre des risques (NDR : partir de sa structure actuelle pour rejoindre un autre team qui pourrait être Honda ou Husqvarna qui sont à la recherche de pilotes de pointe) ou ne pas en prendre. Après, c’est toujours agréable d’être courtisé parce que ça prouve un niveau, un professionnalisme, des objectifs… Pour le moment, la blessure m’a pris beaucoup d’énergie et je n’ai pas vraiment eu l’occasion de réfléchir à mon avenir l’année prochaine en MXGP. Maintenant, les rumeurs arrivent plus vite que les négociations ! Pour être honnête, c’est vraiment très tôt, même pour moi… »

Le risque du changement
« Nous avons énormément travaillé avec Kawasaki pour arriver à ce niveau. Maintenant, c’est un travail perpétuel et ce n’est pas parque que l’on est à un niveau aujourd’hui qu’on sera au même demain. Mais, forcément, changer son entourage et ses habitudes de travail, c’est plus de boulot. Mais encore une fois, dans mon esprit, je ne me suis pas du tout posé la question de partir de Kawasaki… »

Le début de saison
« Je n’ai jamais été aussi fort que je ne l’ai été en ce début de saison… Voir ce résultat final ne peut pas me satisfaire… Je ne sais pas… J’ai eu un problème à Arco Di Trento qui est sorti du ciel (NDR : le sélecteur à taper dans une ornière profonde et le mécanisme de sélection n’a pas cassé, mais explosé le carter opposé !)… Je me suis fait mal à l’épaule à Valkenswaard, chose que j’accepte totalement puisque c’est moi qui ai chuté, personne ne me fait tomber. Par contre, se faire rouler dessus à terre (NDR : par Shaun Simpson) alors qu’il y a un drapeau jaune depuis 30 secondes, c’est « du n’importe quoi » ! Les choses ont été portées entre les mains de la FIM et Youthstream, mais aucune sanction n’a été prise… Si l’on ajoute les problèmes d’évacuation que j’ai connu l’an passé en Allemagne, ça fait beaucoup. Certaines choses ne tournent pas rond à ce niveau. Disons que la justice est mal faite ! »

Le début de saison de Roczen
« C’est vraiment magique ce qu’il fait ! Déjà en SX, mais surtout au niveau de l’Outdoor où il commence à dominer le championnat. À 20 ans, c’est assez impressionnant ! Et puis, on le voit aujourd’hui comme une personne mature, il est épanoui au niveau où il est aujourd’hui. Il est passé à une catégorie supérieure. C’est juste bête que Villo ne soit pas là, mais je ne lui enlèverai en aucun cas sa performance, même avec Villopoto ! »

Propos recueillis par kingjule

Ecrire un commentaire