Zoom : Kawasaki 450 KXF « Eli Tomac »



La plaque rouge est de retour sur la Kawasaki 450 KXF d’Eli Tomac, et elle ne la rend que plus belle. On vous propose un petit tour autour de la machine la plus rapide de l’ouest, avec des clichés d’Olivier De Vaulx, notre envoyé spécial. Attention, ces images peuvent choquer un public sensible !

Comme sur toutes les motos officielles, le comportement du moteur est spécifiquement développé pour chaque pilote et la préparation interne relève du secret-défense. Impossible donc de vous faire un descriptif de ce qu’il y a sous la culasse de la bête, mais on peut malgré tout décrire ce que l’on voit. Si la chaleur est une grosse difficulté pour les pilotes, elle n’épargne pas les motos. Pour résister aux mauvais traitements que lui inflige Tomac, sa Kawasaki possède un gros radiateur d’huile sur le côté gauche du moteur, enveloppé dans un support en carbone fabriqué sur mesure, qui s’achève en écope dans les radiateurs d’eau pour faire entrer l’air frais.

Sauf si vous faites des courses d’endurance ou si vous oubliez de faire le plein avant de partir, vous n’avez aucune raison de tomber en panne d’essence. Quand Tomac se lance pour une manche de 35 à fond sur une piste souple, cela peut lui arriver. Voilà pourquoi son réservoir et un peu plus gros que l’origine. Le carbone, au dela du look « factory », apporte un gain de poids. Contrairement aux machines du team KRT qui ont des bouchons plats, la Kawasaki de Tomac conserve le bouchon d’origine.

Plus légers et plus résistants que les éléments d’origine, les reposes-pieds en titane sont également plus accrocheur. Autant de bonnes raisons de ne pas se priver pour les remplacer, surtout quand on sait qu’Eli Tomac pilote énormément en appui sur ses jambes.

Depuis de nombreuses années, Kawasaki travaille en étroite collaboration avec Pro Circuit. Le Ti-6 en titane avec l’embout carbone, haut du gamme du catalogue de Mitch Payton, se retrouve donc en bonne position sur la Kawasaki numéro 3, derrière la plaque rouge.

Le collecteur d’échappement en titane provient lui aussi logiquement de chez Pro Circuit. Il est renforcé sur l’extérieur du collecteur pour parer les chocs. Sur cette image, on voit la protection de la pompe à eau en carbone et la visserie titane.

Côté suspensions, Eli a ce qui se fait de mieux chez Kayaba, avec une touche « bling bling » en plus ! Le traitement chrome rouge du ressort est du plus bel effet. Notez le traitement noir sur la tige d’amortisseur, qui a pour but de réduire les frictions tout en étant plus résistant au chocs.

Les fourches Kayaba factory son enlacées dans des tés de fourche X-Trig. Rien d’extravagant la dedans, cette pièce est disponible dans le commerce mais elle apporte plus de rigidité et de précision sur l’avant de la moto.

Petit détail sympa sur le couvercle du maître cylindre de frein en aluminium taillé masse, avec le numéro 3 gravé au laser. Aucune utilité, on peaufine simplement le look.

Après avoir roulé Honda toute sa vie et une première saison compliquée au guidon de cette Kawasaki, Eli Tomac est à son meilleur niveau. En bagarre pour le titre SX avec Ryan Dungey, à nouveau leader du championnat outdoor, le kid du Colorado est bien armé pour défendre son statut d’homme à battre aux USA. D’ailleurs, il se livre dans une longue interview, à lire dans Moto Verte actuellement en kiosques !

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

    1. C’est toi le clown…sauf que tu n’es pas drôle du tout…Tomac va dominer le circuit US ces prochaines années. Je dis pas qu’il lâchera pas quelques et sx et des manches outdoors à des mecs comme Musquin ( cocoricoooo!!!!) ou Anderson, mais il va gagner des titres c’est certain.

      Répondre

Ecrire un commentaire