MX US: Jessy Nelson met du gaz



Jessy Nelson n’est pas resté inactif cet été. Rééducation, soins, vie privée, compétition, ça bouge sur tous les fronts. Le jeune pilote TLD a bossé comme jamais et raconte ces derniers mois de dur labeur…

Lorsque Jessy Nelson chute à la fin de la deuxième manche d’Unadilla l’an dernier, il ne sait pas encore que sa vie vient de changer. Le crash le laisse paralysé de la partie inférieure du corps. Une blessure qui a mis le paddock du cross US en état de choc, et a vu un immense effort de solidarité en faveur du Californien. Présent sur les courses suivantes, Jessy avait au départ bien du mal à garder le sourire. Aujourd’hui, il semble que son moral de gagnant ait repris le dessus, en partie grâce aux efforts de ses amis et de sa famille qui veulent qu’il retrouve une vie aussi normale que possible.

“Ces derniers mois, j’ai mis du gaz sur tous mes projets”, raconte Jessy. “Voyages, rééducation, déplacements en voiture… J’ai été entouré de tellement d’amour et d’affection que je veux faire de mon mieux pour surmonter cette blessure et éviter de devenir aigri. Il y a plein d’opportunités qui se présentent à moi et qui me permettent de me concentrer sur d’autres choses autrement plus positives. J’ai un vélo à main et je veux l’utiliser de manière sérieuse pour parfaire ma condition physique, mais je m’entraîne aussi beaucoup avec mon nouveau Polaris RZR et je commence à être à l’aise en le pilotant. ”

Jessy envoie du lourd sur son Polaris RZR en vue de la Baja 500

Mais Jessy ne se contente pas de petits projets, et le crossman continue à voir la vie en grand : “J’ai 23 ans et ma vie ne fait que commencer. J’ai demandé la main de ma copine Emily durant un week-end aux îles Catalina. Elle est forte et merveilleuse et j’ai tellement de chance de l’avoir à mes côtés. Je suis aussi allé au Mexique pour préparer la Baja 500 avec le team Polaris et je me suis régalé. Je passe régulièrement au terrain de cross voir mes amis et essayer d’aider comme je peux. Le motocross me manque énormément mais je crois qu’il faut que je me fasse une raison et que j’admette que cette époque est révolue…”

A 23 ans, Jessy Nelson compte bien vivre sa vie de manière positive !

Question physique, les choses évoluent lentement, dans le bon sens : “Je fais de la rééducation trois à quatre jours par semaine en plus de l’entraînement que je fais à la maison. J’essaie aussi de laisser mon corps se reposer entre les séances, et je réapprend à gérer l’effort.  Mon corps évolue en permanence. Certains muscles se contractent et soudain je vais être capable de plier mes quadriceps ou de bouger mes orteils. Cela peut durer quelques minutes, des heures ou plusieurs jours. Mais en général ça disparaît pour revenir plus tard. Je me concentre sur ces évènements de manière à les stabiliser. J’ai vu de gros progrès, même si cela peut sembler dérisoire de l’extérieur. Je peux sentir pas mal de choses du côté gauche, mais à droite c’est juste par endroits. Récemment, on m’a proposé différentes options pour tester de nouvelles méthodes de soin. Je suis ouvert à toutes les nouvelles idées !”

Motivé comme jamais, Jessy Nelson garde donc une attitude positive et y croit toujours : “Je me concentre sur le positif, j’ai beaucoup de soutien et je veux continuer à vivre ma vie. Qui sait si un jour je ne ferai pas partie de ces gens qui finissent par remarcher ? Je ne suis pas de ceux qui abandonnent et je vais continuer à donner mon maximum. C’est difficile de remercier tout les gens qui m’aident sans oublier personne, mais on peut évidemment citer Road 2 Recovery, toute la grande famille de Troy Lee Designs, Red Bull qui est derrière moi depuis le début, Compex qui m’a permis de progresser grâce à leur extraordinaire machine. Mais tout cela ne serait rien sans ma famille et surtout ma fiancée Emily. Elle m’aide à garder le moral au quotidien et sans elle je n’en serai pas là.”

Jessy peut compter sur le soutien de l’équipe TLD et de sa fiancée Emily @ODV

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

Ecrire un commentaire