Portugal : Aubin va bien !



Après de belles performances lors des deux premiers GP, Nicolas Aubin s’est envolé pour le Portugal moral au beau fixe, sans pour autant se mettre la pression après ce beau début de saison tant en France qu’en Mondial.

« A quoi bon se mettre la pression en se fixant des objectifs élevés ? Mon but cette année est de faire un top dix mondial, et pour l’instant je ne change rien. Quand j’ai rejoint le team Ricci, j’ai eu une discussion avec Rinaldi qui m’a bien dit qu’il considérait que c’était une année d’apprentissage
pour moi ».

Chez Ricci la situation est bien claire. Gundersen a une moto « usine » et la pression qui va avec. Guarneri, lui, à une moto bien préparée, et le team fondait de gros espoirs sur lui avant qu’une mauvaise blessure au genou ne contrarie son début de saison. Nico, lui, est sur le papier le troisième homme et il doit « gagner » ses pièces spéciales avec ses résultats, comme souvent dans les teams Italiens. « J’ai débuté le championnat de France avec une moto quasi stock, et au fur et à mesure que les bons résultats s’accumulent on me donne un peu plus de pièces, comme une récompense. J’ai réussi à obtenir une bonne suspension pour ma moto d’entraînement, et j’espère que cela va continuer ainsi » confie-t-il calmement. Après une saison 2006 frustrante puisqu’il n’a pas vraiment obtenu les résultats escomptés dans la micro structure qu’il avait formé avec son père, Nico sait qu’il ne faut pas crier victoire trop tôt et s’applique à poursuivre son ascension. « Après les Pays Bas j’ai reçu un coup de fil de Jean Claude Olivier, cela fait plaisir. Yamaha France m’a bien aidé pour obtenir ce guidon chez Ricci, ils ne m’ont pas tenu rigueur de mon passage à la concurrence l’an passé. Le problème c’est que je ne voulais pas payer pour avoir un guidon ! Quand j’ai su qu’une place se libérait chez Ricci je suis allé les rencontrer, et parmi les six ou sept pilotes qui briguaient le guidon c’est moi qui ait été retenu. C’est un team sérieux et pro, ou il règne une bonne ambiance ».

Aubin 2.0
Sitôt le GP terminé, Nico filera en camping-car avec son père pour rejoindre sa Normandie et se préparer chez lui, du côté de Caen. Et avant de descendre à Gaillac le 1er mai pour la cinquième épreuve de l’Elite, il compte bien aller encourager son petit frère sur une épreuve du minivert. « Lui, il était temps qu’il reprenne la moto car il devenait insupportable après neuf semaines sans faire de sport et de moto. Il s’est fracturé radius-cubitus à l’entraînement, sans même chuter, et c’est dommage car je pense qu’il avait une bonne chance en cadet. Il a raté trois épreuves puisqu’il vient tout juste de reprendre l’entraînement, mais je pense qu’il fera parler un peu de lui cette année ». Gaffe, un Aubin en cache donc un autre ! PH

Ecrire un commentaire