MXGP : Suzuki stoppe son programme



La rumeur était de plus en plus persistante depuis quelques semaines mais le délai pour l’annonce de cette nouvelle laissait penser qu’une solution pourrait être trouvée. Le communiqué de presse officiel de Suzuki est tombé, l’usine se retire des GP’s cross.

« Suzuki Moto Corporation a décidé de suspendre ses activités en championnat du Monde MXGP et en championnat Japonais. Suzuki Motor Corporation a revu ses orientations pour se recentrer sur le cœur de son marché, ce qui a conduit à suspendre ses activités en MXGP pour 2018. Suzuki va continuer de produire des RM-Z 250 et 450 et supporter ses clients à travers le Monde. Suzuki adresse sa gratitude aux fans et aux sponsors pour leur soutient. L’entreprise va continuer de fournir des produits de qualités à ses clients en utilisant son savoir faire acquis en compétition. »

Un communiqué de presse pour le moins laconique, et il ne nous apprend pas grand chose si ce n’est qu’il confirme ce que tout le paddock craignait depuis la fin de l’été. « Se recentrer sur le coeur de son marché », c’est à dire la route et le Moto GP. La situation économique de Suzuki est-elle préoccupante au point de devoir sacrifier son programme officiel en motocross ? Il faut le croire. Il faut également prendre en compte le fait que Suzuki est l’un des seuls team MXGP (avec le HRC) ne disposant pas du support financier d’une boisson énergisante, qui prend en charge une bonne partie des dépenses. Pour rappel, Suzuki est le premier constructeur japonais à avoir investi massivement en motocross à la fin des année 60, alors que le sport était dominé par les marques Européennes, avec un immense succès.

Une décision forcément très difficile à avaler pour Stefan Everts, qui avait repris le team MXGP il y a deux ans. Le plus capé des pilotes de GP avait investi de gros capitaux dans cette aventure. Nous l’avons contacté dès la publication du communiqué de presse pour connaître sa réaction et c’est un Stefan Everts très touché que nous avons eu au téléphone : « Je suis très déçu de cette décision de Suzuki, mais c’est une décision qu’il faut respecter. C’est difficile à comprendre car il y a une nouvelle 450 RM-Z qui est maintenant sur le marché. C’est dur à accepter, mais ils ont certainement de très bonnes raisons. Je pense que nous avons tout donné, des deux côtés, pour que le team soit le meilleur possible mais j’aurais aimé avoir encore quelques saisons supplémentaires pour vraiment prouver notre valeur. Pour le moment, les choses sont très difficiles pour moi. Je veux clôturer cette histoire de la meilleure façon possible avec les pilotes et les mécaniciens et il reste encore du travail, c’est loin d’être facile, cela va prendre quelques mois pour y arriver. Une fois que cette histoire sera terminée, je vais prendre du temps pour moi, pour ma famille. Je veux m’occuper de mon fils, passer du temps avec ma femme. Ces deux dernières années, je n’ai pas vraiment eu la chance de pouvoir le faire. Ma motivation est au plus bas et je ne pense pas que je reviendrai sur les GP l’année prochaine. C’est un gros choc pour moi. Je dois prendre du temps pour reconsidérer les choses, ma place, et voir ce que je ferai dans le futur. Bien sûr, je dois faire quelque chose, je ne vais pas rester chez moi à rien faire, mais pour le moment, j’ai besoin de temps. »

Quid des pilotes ?

Il étaient 6 pilotes sous le auvent jaune cette année et on sait déjà où évolueront 4 d’entre eux. Bas Vassen et Hunter Lawrence ont signé pour le team Honda MX2, qui sera managé par Livia Lancelot. Kevin Strijbos a trouvé refuge chez KTM Standing Construct aux côtés de Valentin Guillod. Zachary Pichon roulera sur une KTM dans une structure privée. En revanche, pour Jeremy Seewer, qui serait en contact avec Yamaha et Jasikonis (Honda ?), rien n’est encore validé mais on imagine difficilement deux pilotes aussi prometteurs rester sur le carreau pour la saison MXGP 2018. Affaire à suivre…

 

 

10 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Suzuki va disparaitre des parcs courreurs et je ne leur souhaite pas autre chose car pour moi,ils font payer aux autres leur gestion commerciale désastreuse de ces 10 dernières années…..

    Répondre
  2. Le boss Luongo ne voyait pas d’inconvénient à ce que seule la marque Ktm soit présente en GP, nous
    sommes sur la bonne voie, ça tombe bien c’est l’un des principaux partenaires du championnat du monde …
    Comme pour Smets tout va bien, circulez y a rien à voir…

    Répondre
  3. Mais quand est ce que les acteurs principaux et ayant une voix qui porte oseront se rebeller contre la dérive financière de Luongo ?? Il a tué les teams satellites en multipliant les déplacements coûteux pour des GP « exotiques » ou alors ces teams ne participent qu’aux GP Européens !! Et voila que maintenant le coût financier d’une saison fait partir les teams officiels ( Suzuki , Honda / Kawa en 250 ) et ceux qui restent n’ont que 2 pilotes par team . Les seuls qui semblent surfer sur cette vague sont KTM et à une moindre mesure HVA !! Alors , à quand un grille de départ en Mongolie avec 4 pilotes officiels KTM , 2 pilotes officiels HVA et le reste du plateau avec des pilotes locaux sur des brêles d’un autre âge qui se prennent 50 secondes au tour ??? On y va tout droit si personne ne bouge !

    Répondre
  4. Oui , ça serait top que toutes les marques s’investissent autant que les Oranges .
    Et surtout pas que les Oranges ce mettent à investir autant que les autres .
    ( Ne mettons pas les choses à l’envers )
    Par contre on est tous d’accord pour Luongo . J’espère que le cas Suz va le faire réfléchir !

    Répondre

Répondre à ktmbike Annuler la réponse.