Des news du MX Mondial



Il y a tout juste une semaine, le MX des Nations mettait un terme à la saison 2017 de cross. Une fois de plus l’événement a été à la hauteur des attentes, surtout pour les Frenchies qui avec ce quatrième succès consécutif signent leur 20ème podium dans cette compétition et pointent désormais au 5ème rang dans l’histoire de cette classique.

L’ambiance du paddock n’était toutefois pas des plus euphoriques dans le paddock, pas mal de pilotes et encore plus de mécaniciens ne sachant de quoi serait fait leur avenir. Le retrait du HRC et de Kawasaki du MX2 ainsi que celui de Suzuki ne sent pas vraiment bon, et pour certains les semaines à venir vont être longues, très longues….

Direction l’infirmerie

S’il est un pilote à qui le MX des Nations ne réussit pas, c’est bien Max Nagl ! Comme l’an passé Max s’est auto éliminé dès la première journée, se fracturant le scaphoïde et laissant donc ses deux équipiers se débrouiller tout seuls. S’ils avaient l’an passé échoué pour se qualifier pour la finale A, Dennis Ullrich et Henry Jacobi ont cette fois passé ce cap en se qualifiant en 14ème position avant que la règle des 5 résultats ne les condamne à la dernière place du MXDN 2017. Qu’il semble loin ce MXDN 2012 que le trio Roczen, Nagl et Schiffer avait dominé ! Pour Nagl c’est un double coup dur, puisqu’il devait dans la foulée tester la 450 TM usine…. Autre blessé, Thomas Covington a été opéré cette semaine des ligaments croisés qu’il s’est détruit samedi ; courageux le jeune Yankee a serré les dents dimanche, sans réel succès puisque le team US a plongé dans le classement, avant de consulter le docteur Claes qui lui a appris la mauvaise nouvelle. Absent au MXDN Julien Lieber soigne lui aussi ses ligaments croisés, alors que Cole Seely s’est fait enlever une plaque qu’il avait à un doigt de la main droite, ce qui le prive de Monster Cup.

Everts absent

Même si rien n’a officiellement filtré côté Suzuki, on sait que l’usine Japonaise va cesser son investissement en MX laissant le pauvre Stefan Everts dans une bien mauvaise situation. Si son épouse Kelly était au MXDN Stefan pointait lui aux abonnés absents, peu désireux on l’imagine d’exposer une situation aussi déplaisante pour lui et Kelly, pour les pilotes sous contrat (Jeremy Seewer et Arminas Jasikonis), pour les mécaniciens qui se retrouvent sur le carreau…. Une situation que vit à distance Liam qui est parti pour trois mois chez Ben Townley en Nouvelle Zélande, Liam apparaissant sur les vidéos postées par son père sur des Husqvarna.

Transferts, transferts

Toujours pas de news officielle concernant Jordi Tixier et Benoit Paturel, que l’on espère bien voir derrière la grille de départ du MXGP d’Argentine en mars prochain. Pour le premier c’est toujours la piste d’un team privé sur des KTM Bos qui tiendrait la route, alors que pour le second plusieurs réunions ont eu lieu chez les Bleus à Villars puis Matterley. Eric De Seyne ne veut pas laisser en route Benoit, mais cela achoppe encore sur l’aspect financement d’un éventuel troisième pilote chez Wilvo Yamaha. Arminas Jasikonis a lui été vu en discussions avancées avec le team Honda Assomotor ou évoluaient cette année Valentin Guillod et Alessandro Lupino qui vont tous deux changer de team ; le premier va retrouver Tim Mathys au sein du team KTM Standing Construct, alors que le second vient de signer avec Kawasaki Gebben aux côtés (bonne nouvelle) de Maxime Desprey qui prolonge donc avec l’équipe Néerlandaise. Après l’arrêt du team CLS deux des trois pilotes 2017 ont officialisé leur nouvelle équipe, à savoir KTM Marchetti pour Morgan Lesiardo et KTM Silver Action pour Stephen Rubini. Steve Dixon de son côté confirmé reconduire Tommy Searle (très décevant au MXDN) en MXGP l’an prochain aux côtés de Darian Sanayei, alors que Hunter Lawrence a confirmé avoir signé avec Honda Geico à partir de 2019 ; il effectuera sa dernière saison de GP dans le team Honda 114 Motorsport, aux côtés de Bas Vaessen.

Honda cesse son challenge

Lancé il y a quelques années déjà, le challenge Honda 150 cesse toute activité, sans jamais avoir vraiment révélé de jeunes talents. Créé pour écouler le stock de ce 150 dont la carrière a été bien perturbé par les diverses règlementations Européennes, Honda ne croyant que par le quatre temps, ce challenge monarque qui s’était vu attribuer le pompeux titre de Championnat d’Europe 150 ne sera pas vraiment regretté, aucun de ses lauréats n’ayant jamais réussi à percer par la suite que ce soit en EMX125 ou en EMX250. Sa suppression pourrait (?) alléger quelque peu le programme des GP, le seuil de quatre catégories étant sans aucun doute l’idéal pour nombre d’organisateurs. Attendons la prochaine version des calendriers 2018, annoncée pour la seconde quinzaine d’Octobre, pour en savoir plus!

Ecrire un commentaire