Retour en images sur les ISDE



En attendant un Moto Verte n°522 imminent qui fait la part belle à l’évènement enduro de l’année, on vous propose de revivre les ISDE en images. Quelques uns de ces milliers de souvenirs qui resteront à jamais gravés dans la mémoire des pilotes et du public tricolore…

Images © JM Pouget

La palme de l’attaque va inévitablement à Josep « Pépino » Garcia (photo de Une). L’espagnol a régalé les milliers de spectateurs de Brive 2017. Le comble, c’est qu’il termine 2e du scratch derrière un Loïc Larrieu au pilotage chirurgical, tout l’opposé (ci-dessous).

Il n’y avait pas que des spéciales et du gros gaz à Brive. Il y avait aussi un parcours magique, parfois technique mais toujours superbe. N’est-ce pas M.Soreca (2e du Trophée Junior), ici au barrage d’Argentat.

Ou encore la traversée d’Uzerche et son château, le long de la Vézère, pour Joshua Green du Trophée Mondial australien (2e).

Allez, on revient en spéciale, dans la superbe ligne de Servières-le-Château avec un Christophe Charlier applaudi par les milliers de spectateurs présents. Poussière ou pas, qu’importe…

Des hourras et des drapeaux pour Jérémy Miroir qui remporte avec ses potes Geslin et Blanjoue le trophée Junior.

Ou encore les filles, vivement encouragées par d’autres filles… (ici Juliette Berrez)

On a bien aimé l’attaque d’Anthony Geslin du trophée Junior français. Enervé le basque !

Idem avec les australiennes, ces trois filles en or qui n’ont pas rendu le trophée féminin depuis 5 ans !

Tiens, revenons au défilé dans les rues de Brive le samedi précédent l’épreuve et aux malheureux américains qui portaient le Trophée mondial fièrement acquis en 2016 en Espagne. Plus dure fut la chute de Thad Duvall le lundi matin…

Mention spéciale également aux Finlandais, 3e du Trophée Mondial avec ici le très rapide Eero Remes dans la spéciale de Brive, proche du paddock.

Un clin d’œil au staff d’assistance tricolore qui a filé la main durant une semaine aux pilotes des équipes de France. Dans l’ombre d’un Hugo Blanjoue par exemple, vaillant soldat de l’équipe Junior.

Ou encore Benoit Thibal, l’entraîneur-manager des féminines ici en compagnie d’Audrey Rossat, qui malgré son handicap a su amener son équipe à la 3e place finale. Chapeau !

Oui, il y avait des « p’tites vieilles » au départ de ces 6 jours et du cross final. Mais elles n’ont roulé que deux jours et demi, faut pas trop tirer sur les anciennes… et certains de leurs pilotes aux cheveux gris !

Allez, on termine par un hip-hip-hourra géant à la gloire de Fred Weill, porté par les siens à l’issue de l’épreuve. L’entraîneur-sélectionneur FFM entre définitivement dans l’histoire de l’enduro français. De Brive 2001 à Brive 2017, il fut de tous les combats et de toutes les batailles des Bleus à domicile comme à l’étranger. 8 victoires du Trophée Mondial à son actif sur 9. Chapeau l’artiste !

Ecrire un commentaire