L’Autriche s’attaque au Mondial d’enduro !

Enduro


Après la décision à demi-mot du groupe KTM-HVA de retirer son implication officielle du championnat du monde d’enduro EGP, il fallait s’attendre à voir naître un contre feu et un redéploiement de ses activités. C’est chose faite, de manière indirecte avec l’annonce de la création du label WESS (World Enduro Super Series) par « une jeune entreprise autrichienne ». Le WESS s’annonce comme un championnat du monde Off Road rassemblant des courses de masse, populaires et différentes du championnat du monde actuel.

Un nouveau championnat moto multidisciplinaire destiné aux professionnels et aux amateurs. Après n’avoir pas réussi à convaincre la FIM et l’actuel promoteur du championnat du monde officiel d’orienter le Mondial dans la direction qu’il souhaite (intégrant des courses d’enduro multiples et variées, souvent éloignées de ce que représente l’enduro original !) le groupe KTM voit miraculeusement débarquer le WESS. La série réunira plusieurs course d’enduro à travers le monde, sélectionnées parmi les plus populaires et les plus spectaculaires.

Enduro

La volonté du WESS est de « couronner chaque année le champion d’enduro «ultime» ». « La série comprendra des courses de style Enduro Extrême, Enduro Classique, Cross-Country et courses de sable, tous les pilotes sont libres de choisir leur marque de moto et leur cylindrée. Toutes les courses conserveront leur esprit d’origine, leur propre règlement et resteront 100 % indépendantes, avec un système d’affectation de points uniforme qui s’appliquera à chacune d’entre elles« , explique-t-on. « En regroupant les différents formats de courses d’enduro actuels, la World Enduro Super Series veut exploiter au mieux le potentiel représenté par l’enduro en tant que sport, des medias et de l’intérêt qu’il suscite auprès du public, tout en donnant à l’industrie moto et aux partenaires des épreuves concernées une plateforme de communication plus large« . Le World Enduro Super Series comportera 8 manches en 2018. Aux traditionnelles courses extrêmes comme la XL Lagares au Portugal, l’Erzberg Rodeo en Autriche ou la Red Bull Romaniacs en Roumanie, s’ajoutera la plus grande des classiques française, le Trèfle Lozérien. Egalement au programme, du sable et du cross-country. Plus d’infos sur le site Internet (lancé le 11 février 2018) : www.iRideWESS.com.

WESS vs EGP, le match semble bien lancé…

Enduro

Calendrier prévisionnel des WORLD ENDURO SUPER SERIES 2018

Rnd 1. Extreme XL Lagares (Portugal) 18-20 mai
Rnd 2. Erzbergrodeo Red Bull Hare Scramble (Autriche) 31 mai – 3 juin
Rnd 3. Trefle Lozerien AMV (France) 8 – 10 juin
Rnd 4. Red Bull Romaniacs (Roumanie) 24-28 juillet
Rnd 5. Red Bull 111 Megawatt (Pologne) September (Date à confirmer)
Rnd 6. A définir
Rnd 7. Gotland Grand National (Suède) 26/27 Octobre
Rnd 8. Red Bull Knock Out (Hollande) 10 Novembre

 

Philipp Stossier – Managing director du WESS :

« Nous sommes très heureux d’annoncer la création des World Enduro Super Series. Pour nous, l’enduro signifie beaucoup de choses, mais plus important encore, il représente l’implication des concurrents, la diversité des événements et du terrain et un savant mélange d’authenticité et de modernité – autant d’éléments qui sont au cœur même de WESS. Les pilotes d’enduro ont toujours eu besoin d’une base de compétences très large – les grands champions ont longtemps combiné vitesse, endurance, qualités techniques, détermination et volonté de relever un nouveau défi. Quelles que soient les épreuves, ces qualités seront requises par tous les concurrents dans toutes les manches du WESS. Nous ne réinventons pas la roue, nous rassemblons des compétitions d’enduro ayant fait leurs preuves, tout en conservant leurs caractéristiques, les laissant fonctionner telles qu’elles ont toujours fonctionné, en leur proposant une plateforme de communication plus large pour garantir que le sport enduro bénéficie de l’exposition mondiale qu’il mérite”.

Winfried Kerschhaggl – Manager du WESS series :

« Nous pensons que c’est un moment clé pour le sport enduro. Au cours de la dernière décennie, l’enduro a énormément évolué, ce qui a donné lieu à de nombreux événements autonomes et très populaires, mais aussi à un terrain de plus en plus divisé pour les concurrents, les médias et l’industrie. Le but des World Enduro Super Series est de créer un championnat d’enduro compétitif avec tous les types de courses – Hard Enduro, Classic, Cross-Country et Beach Racing. WESS se concentre sur la compétition, l’implication des pilotes amateurs et de courses techniques où les vraies valeurs de l’enduro sont primordiales. La nécessité pour les pilotes d’avoir un large éventail de compétences est essentielle. Un travail acharné, une vision, une passion et une détermination considérables sont les caractéristiques communes aux grands événements. WESS 2018 réunira à la fois des courses traditionnelles existant depuis des décennies et des courses plus récentes qui ont des concepts et des formats totalement différents. Réunies avec les courses de sable et les cross-country, ces épreuves constituent aujourd’hui l’enduro moderne. Toutes sont importantes et sont réunies sous les World Enduro Super Series”.

 

16 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Reveillez vous moto verte

    Winfried Kerschhaggl Ex manager KTM offroad… en charge des US…

    Soit vous évitez de le mentionner pour ne pas fâcher un annonceur… soit vous avez pas cherché trop loin à comprendre…

    Amicalement

    Répondre
    1. Bonjour, merci pour l’info, on n’avait pas percuté. Mais de toute façon on est bien conscient que cette « petite entreprise » autrichienne est à 100 % une création orange. Aucun doute là-dessus pour nous comme je pense la majorité de nos lecteurs.

      Répondre
  2. Quelle sera la réaction de la FIM ? Interdire de licence les pilotes qui feront le WESS et pas le mondial ? Ça peut aller loin cette affaire, jusqu’au clash, et ce n’est bon pour personne.

    Répondre
  3. Pour ma part je trouve que c’est une super nouvelle.
    Pour mon profil, j’ai 30 ans, 18 ans de motocross et 8 ans d’enduro.

    Niveau spectacle, ca sera génial de voir ce que peux donner un Jarvis sur une course de sable.
    On va avoir l’élection d’un pilote qui aura des capacités dans des domaines bien bien diversifiés.

    Désolé aux réacs de la FIM et aux anciens, mais c’est un peu ça le monde aujourd’hui, il faut savoir s’adapter..

    J’espère que cette nouvelle série aura une belle couverture médiatique, si les top pilotes répondent à l’appel, je la suivrai avec un grand intérêt.

    Et si ils pourraient faire l’élection du champion ultime, un championnat avec du motocross, du supercross, de l’enduro, du trial, du rally raid, du supermotard, de la piste, là ça serait le rêve!

    Répondre
  4. Je trouve l’idée inintéressante, mais malheureusement pas assez équilibré, il y a trop d’extrême, il aurait fallu, 2 extrêmes, 2 courses de sable, 2 CC et 2 enduros classique.

    Répondre
    1. Je suis complètement d’accord et en même temps, qui connaît le nom du champion de décathlon ? Aujourd’hui, dans la moto comme dans tous les sports et comme dans tous les jobs d’ailleurs, on est hyperspécialisé. Avec un championnat comme tu le présentes, le champion sera le plus polyvalent au détriment de la performance dans un domaine. Il risque donc de ne gagner aucune course. Et un champion qui ne gagne pas de course, personne ne veut ça, ni le public, ni la presse, ni les marques. Ce qui explique à mon avis que les championnats qui mélangent les genres soient plutôt rares.

      Répondre
  5. Pfff… N’importe quoi. KTM über alles. C’est très bien, qu’ils laissent les vrais enduristes dans les bois et qu’ils continuent à amasser les millions avec leurs jeux de cirques. Finalement, tout le monde sera content.

    Répondre

Ecrire un commentaire